Le Village de Bermeries

Ivo de Lessinis

Le Village de Bermeries

 

L'Abbaye de Cambron possédait un important domaine sur la commune actuelle de Bermeries, située en France, dans le Département du Nord, au sud-ouest de Bavay, en bordure de l'ancienne chaussée romaine se dirigeant vers Le Cateau-Cambrésis, qui est restée connue, comme beaucoup d'autres voies rectilignes antiques, sous le nom de "Chaussée Brunehaut".

 

La commune porte le blason du monastère, dont le nom est évoqué par plusieurs toponymes actuels : la ferme de Cambron, la chapelle de Cambron, dédiée la Vierge au raisin, le ruisseau de Cambron et la ferme du bois de Cambron, tandis que le bois de Cambron se situe plus au sud, de l'autre côté de la chaussée, en bordure de la Forêt de Mormal, sur le territoire de la commune d'Obies, ce qui montre toute l'important des possessions, que décrit de manière détaillée le cartulaire de l'abbaye.

 

Certains auteurs, se référant à François Vinchant, affirment que c'est à Bermeries que Saint Bernard voulait fonder une nouvelle abbaye avant de fixer son choix sur Cambron. Il est également allégué que le domaine primitif du monastère à Bermeries proviendrait d'Anselme de Trazegnies, Seigneur de Péronnes-lez-Binche, chanoine et trésorier du Chapitre de la Collégiale Saint-Vincent de Soignies, qui avait décidé de créer l'abbaye et d'en confier la gestion à l'Ordre de Citeaux.

 

Le Cartulaire de Bermeries

 

Une première donation est faite à l'Abbaye de Cambron en 1196 par Ubaldus de Loveniis (Ubalde de Louvignies), avec le consenement de son fils, à la condition d'obenir sa sépulture dans le monastère, et confirmée par Bauduin, Comte de Flandre et de Hainaut, qui devint Empereur de Constantinople au cours de la ... croisade. C'est le Domaine de Saint-Médard, qui constitue un alleu, c'est-à-dire une terre franche de tout droit seigneurial. Cette donation est évoquée la première partie du cartulaire.

 

Les autres acquisitions de l'Abbaye de Cambron sur le territoire de Bermeries font l'objet de 41 actes repris dans la huitième partie du cartulaire, au cours de la période de 1219 à 1339, d'abord par des donations, ensuite par des achats et des échanges, et enfin par des ventes, de achats et des échanges de dîmes, comme dans la plupart des monastères cisterciens à la même époque, dans le but de constituer des domaines étendus, harmonieux et rationnels, en supprimant les enclaves. Toutefois, la règle cistercienne prévoyait que les abbayes ne pouvait pas acquérir les églises paroissiales et les autels, les exploitations où était pratiqué le servage, les rentes foncières, les revenus des moulins et la perception des dîmes, mais la raréfaction des donations obligera à contrevenir à la rigueur de ces principes...

 

Etant donné que la notion de propriété au sens moderne n'existe pas, il est précisé à chaque fois que l'abbaye "est mis en tenure" du bien concerné et il n'est jamais question du paiement d'un prix. Parfois, l'abbaye tient la terre "en franc alleu", mais, dans les autres cas, l'abbaye doit verser un cens annuel au seigneur duquel elle tient le bien en fief.

 

Le plus souvent, la charte émane du suzerain du donateur ou de vendeur, en faisant savoir qu'avec son assentiment, le bien a été cédé à l'abbaye; elle décrit la procédure de transmission; le donateur ou le vendeur remet la terre et les droits féodaux qui y sont attachés à son suzerain, duquel il les tient, pour que ce dernier remette l'ensemble à l'abbé ou au monastère, en déclarant renoncer à toute prétention sur la terre pour lui et ses héritiers et en s'engageant à tout faire pour que l'abbaye puisse jouir en toute sérénité de la terre concernée. Il le jure trois fois, de manière à ce que les témoins qui assistent à l'opération et dont l'identité est mentionnée dans l'acte puissent attester que l'abbaye a été "mis en tenure", car on fait davantage confiance au témoignage oral qu'à la preuve écrite. Enfin, les garants apposent leur sceau sur la charte; dans certains, le sceau du comte s'y trouve également. A partir du milieu du 13ème siècle, les mayeur et les échevins apparaissent dans certains actes : ils assistent à la transaction et apportent une caution supplémentaire à l'opération.

 

Au départ, ni la localisation ni l'étendue des terres n'est précisée; plus tard, surtout pour les parcelles réduites et dispersées, la situation est donnée par référence à des chemins, des terres voisines et des lieux-dits; certains sont actuellement inconnus, mais d'autres ont subsisté jusque dans les appellations cadastrales.

 

La première charte, qui est datée de 1219, à la résidence d'Haynmont Kesnoit, c'est-à-dire à la résidence située à Le Quesnoy, reprend un acte de Jeanne de Constantinople, Comtesse de Hainaut et de Flandre, concernant une donation faite par Amand de Busegnies, d'un fief constitué de terres, prés, bois et droits féodaux, situé à Busegnies, c'est-à-dire le village de Buvignies, qui constitue actuellement un hameau de la ville de Bavay et dont le territoire touche à Bermeries, Bavay et Saint-Waas.

 

La deuxième charte, qui est datée de 1220, à Lessines, émane d'Arnould d'Audenarde, à propos d'une autre donation d'Amand de Busegnies, qui concerne tout ce qu'il avait dans cette localité.

 

 

 

Duis suscipit sodales porttitor

 

 

Copyright : ASBL IVO DE LESSINIS - All rights reserved for all countries